Le plagiat, on n’en veut pas !

Le plagiat, on n’en veut pas !

Le plagiat…rien que le mot n’est pas joli, mais le pratiquer l’est encore moins !

Je voulais écrire un article à ce sujet depuis un bon moment, c’est la journée du 19 décembre qui m’a réellement déterminée à le faire. Vous pourrez lire plus bas la petite histoire de cette journée « mémorable ».

Bref, aujourd’hui, cet article voit le jour. Et pour plusieurs raisons. Tout d’abord, j’ai moi-même été à plusieurs reprises victime de personnes malhonnêtes qui n’ont pas hésité à me piquer des bouts de textes, des textes entiers, voire même des articles complets. Ma plaquette commerciale a  également été volée mot pour mot, ainsi que mon slogan (pas plus tard qu’hier une seconde fois), lequel est déposé à l’INPI, accolé à mon logo. Mais j’écris aussi au nom de toutes mes consœurs, des personnes charmantes et honnêtes, qui ont travaillé comme moi durement pour construire leur site internet, qui ont passé des heures à écrire des articles pour être bien référencées par Google. Et également au nom des consœurs solidaires des victimes.

Par cet article, je m’adresse également à tous ceux et celles qui ne se gênent pas pour voler le travail des autres, sans aucun scrupule. Ces personnes n’ont pour moi aucun professionnalisme, aucune déontologie. Malheureusement, je sais que ces quelques lignes n’empêcheront pas certains de perpétuer leur façon déloyale et frauduleuse de travailler.

Il y a quelques mois, je possédais encore une petite boutique en ligne de télésecrétariat. J’ai mis en place depuis longtemps des alertes Google qui me permettent de faire une veille sur certains mots-clés. J’ai donc rapidement pu me rendre compte qu’une page complète de ma boutique avait été recopiée au mot près sur le site d’une télésecrétaire. J’ai eu beau contacter cette personne pour lui demander de retirer les textes qui n’étaient pas sa propriété, aucune de mes requêtes n’a porté ses fruits ; je me suis même vue menacée de harcèlement par cette personne ! Quel culot ! Ma boutique ne fonctionnant pas, j’ai fini par lâcher prise, mais je me suis mise à « surveiller » cette secrétaire.

Je fais partie d’un groupe privé de télésecrétaires sur Facebook et, il y a quelques semaines, cette personne est entrée dans le groupe. Je me suis alors permise d’avertir immédiatement les administratrices des agissements qu’elle avait eus envers moi. Au moindre faux pas, il était évident que cette personne devait sortir du groupe. Je ne cite pas son nom volontairement afin de ne pas améliorer son référencement. De toute façon, son site est vide : et oui, ayant du retirer ses textes suite au mail qu’elle a reçu ce fameux 19 décembre… Car je vous avoue que son site n’était constitué que de textes piqués à droite et à gauche sur des sites de consœurs. Ce qui lui permettait d’avoir bien évidemment de multiples compétences !…dont je doute maintenant.

Revenons à ce 19 décembre inoubliable… Malgré mon travail très prenant ce jour-là, j’ai pris le temps de m’attarder un peu plus sur cette télésecrétaire venue dans notre groupe, laquelle ne participait que très rarement aux discussions, mais toujours présente lorsqu’une annonce pour du travail paraissait ou lorsqu’une secrétaire surbookée proposait une sous-traitance. J’avoue que ce jour-là, j’ai été vicieuse (mais autant qu’elle…enfin je ne crois pas) et je me suis mise à chercher si par hasard elle aurait pu faire d’autres plagiats. Que n’avais-je pas entrepris ! Oh, cela ne m’a pas pris énormément de temps, ils ont été faciles à démasquer, ses plagiats. Il y en avait partout sur ses sites, car oui elle a fait une multiplicité de sites, sous différents noms, dans différentes régions, avec des numéros de téléphone et des adresses email qui n’aboutissent pas… Sa page Facebook était également enrichie uniquement de textes provenant de sites d’autres télésecrétaires. Le loup était entré dans la bergerie, les victimes potentielles à portée de clic. Trop, c’en était trop !!

Je me suis alors empressée de faire des captures d’écran des pages de consœurs victimes et des sites de la plagieuse. J’ai proposé dans notre groupe d’en finir avec cette personne véritablement nuisible en lui envoyant un email afin qu’elle retire le jour-même ses plagiats. Voilà, je ne vous mettrai pas en image le mail qui lui a été envoyé, mais vous vous doutez bien qu’il a été bien salé, bien poivré ! Toutes les télésecrétaires victimes furent bien entendu en copie du message, ainsi que celles qui ont souhaité le recevoir, car oui, entre nous existe une très grande solidarité, même si nous sommes quelque part des concurrentes, nous nous serrons les coudes et nous entraidons lorsque cela est nécessaire. Et ce jour-là, nous en avions bien besoin !

Pour détecter du plagiat, personnellement, je n’ai installé aucun logiciel ; je me sers uniquement de Google. Bien sûr les alertes m’aident beaucoup. Mais il suffit de sélectionner des phrases de votre site ou de vos articles et de les copier/coller dans Google pour voir immédiatement s’ils apparaissent ailleurs sur le web. Le principe est simple et rapide. Et si vous êtes victime de plagiat, sachez que vous pouvez dénoncer le site plagiaire à Google avec ce formulaire, mais attention, il faut être sûre de vous ! Si Google reconnaît le plagiat, il procèdera à la suppression du contenu.

Pour finir, je m’adresse aux personnes qui usent du duplicate content en leur disant, au cas où vous ne seriez pas au courant, que le plagiat, s’il est avéré, est puni par la loi et qu’il peut vous en coûter jusqu’à 300 000 euros d’amende ainsi que 3 ans d’emprisonnement. Alors je ne vous dis qu’une chose : à vos crayons et gomme, et écrivez votre propre contenu !

Aussi, à vous toutes et tous qui publiez des articles sur vos blogs et provenant d’autres sites : sachez que vous ne pouvez pas publier l’intégralité du texte, mais seulement une petite partie et que vous devez obligatoirement non seulement citer l’auteur, mais aussi placer un lien pointant vers la source.

happy wheel

  1. Bonjour Laetitia,

    Oui, très bon article. Excellente piqûre de rappel aussi pour ceux qui débutent sur le net afin de les avertir que le « duplicate content » et/ou le plagiat ne paient pas, bien au contraire !
    Bien cordialement,
    Laurent.Orlando

  2. Lisez et méditez, ce texte est riche d’enseignements. J’ai également été victime de plagiat par la personne citée dans cet article et je vous avoue que cela est douloureux de voir son travail « pillé ». Le temps que l’on passe à chercher les mots qui correspondent à sa propre personnalité, à son activité, à son état d’esprit est long et parfois laborieux. Le plagiat est indigne et ne relève pas de professionnalisme mais d’opportunisme malhonnête.
    Je remercie Laetitia Baray pour cet article écrit avec beaucoup de réflexion. En effet, il a été écrit quelques temps après les évènements cités et non sous le coup de la colère et du désarroi. J’utilise le mot désarroi, car c’est ce que j’ai ressenti lorsque j’ai été plagiée et je pense qu’il en est de même pour toutes les victimes de ce méfait.

    • Merci pour ce commentaire précieux Caroline ! D’autant plus que ce plagiat a fait deux victimes : toi parce que tu es l’auteur des textes et moi qui suis la réalisatrice du site…

  3. Bonjour,
    J’ai découvert votre article grâce à Twitter, et je l’ai trouvé très intéressant. S’inspirer des mots et des idées des autres, c’est bien, les recopier, non ! Je ne vois vraiment pas ce que ces personnes ont à y gagner en plus…
    Bonne continuation,
    Sandrine.

  4. Merci à vous pour vos commentaires et vos partages sur les différents réseaux.
    Voilà encore une preuve de belle solidarité. ;)

  5. Joli article Laetitia, un « coup de gueule » propre et tout à fait à ton image : sincère, pro, clair, et ferme, toujours dans le respect de ton prochain.
    Je le partage sur mes réseaux;-)
    Bises,
    Valérie

  6. Bonsoir,

    Bel article, oui comme le dit Catherine. C’est terrible ces personnes qui ne savent pas produire par elles-mêmes ou ne cherchent pas à s’en donner la peine. Mais, nous ne referons pas le monde malheureusement. Comme a toujours dit ma mère, « Rien ne sert de mentir ou de tricher, car tout se sait dans la vie, à un moment ou un autre ! » C’est en plus contre productif pour ces personnes.
    Pour ma part, ça m’insupporte également et tu as raison de te rebeller ainsi que de te défendre.
    Personnellement, tous les articles de mon blog, tous mes écrits en général sortent de ma tête. Et tous mes textes qui sont en attente ou en cours de publication (comme mes romans, par exemple) sont protégés à la Société des Gens de Lettres (SGDL).

    Au plaisir de te lire,

    Marie

    Mon blog ici, si tu es tentée ainsi que tes visiteurs : http://ecrivainpublic75.blogspot.fr/

  7. Bravo pour cet article! Je me permets aussi de tirer mon chapeau à cette solidarité entre télésecrétaire!
    Il n’y a pas tant de concurrence que ça! On s’épaule, on partage, on s’entraide!

    Alors devant cette force que j’ai ressenti, je dis « OUT!!! les plagieuses! ».
    Ne jouez pas avec nous!!
    Nous sommes des professionnelles, qui avons à cœur de satisfaire nos clients, sans mensonge sur nos capacités, aussi il n’y a pas de place pour des « copies »!

  8. bonsoir Laetitia

    bel article !! rien à dire de plus si ce n’est MERCI !!! en effet une belle solidarité nous unis et c’est tant mieux ! malheur aux malhonnêtes aux « copiteuses »
    bonne et heureuse année !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>