Une nouvelle forme de télésecrétariat est née…

Une nouvelle forme de télésecrétariat est née…

Mais que dites-vous ? Comment ça une nouvelle forme de télésecrétariat ? Oui, oui, vous avez bien lu… je ne me trompe pas. J’en viens.

Me voilà installée à mon compte, comme secrétaire indépendante, depuis maintenant plus de 4 ans. J’ai fait mon chemin toute seule. Mis à part la Boutique de Gestion de Haute-Normandie qui m’a aidée, sur 3 rencontres de 2 heures chacune, à finaliser quelques points, je me suis débrouillée toute seule pour créer Plume @ssistance.

Alors, c’est quoi, cette nouvelle forme de télésecrétariat ? En 2009, le métier était encore très méconnu, nous étions bien peu sur la place, et encore moins sur la toile. Mais depuis quelque temps, je me rends compte qu’une vague géante de télésecrétaires débarque, presque chaque jour, il en ressort dans ma veille Internet. Mais qui sont-elles ? D’où viennent-elles ? Si parmi elles, je le reconnais, certaines possèdent des qualités professionnelles non négligeables et dévoilent un sérieux certain, d’autres n’ont pas cette chance. Je tiens à le répéter, « N’importe qui ne devient pas télésecrétaire du jour au lendemain », même si cela peut paraître facile (« J’ai un téléphone et un ordinateur, alors je vais devenir télésecrétaire »), la réalité est tout autre.

Bref, le but n’étant pas ici de vous exposer comment l’on devient télésecrétaire, mais bien de dresser un portrait de ces « nouvelles » arrivantes. Je dois vous prévenir, il n’est pas très glorieux et rassurant. Durant des mois, j’ai pu observer comment elles s’y prennent.

Première chose, elles contactent les télésecrétaires déjà présentes sur Internet ; et comme elles font leur recherche sur Google, les premières contactées sont celles qui ont une bonne visibilité… malheureusement, je fais partie du  lot ! Quand vous êtes en première page, vous ne leur échappez pas…

Donc, elles vous écrivent un email et vous balancent toute une flopée de questions, du style : « Comment trouvez-vous vos clients ? », « Combien gagnez-vous par mois ? », « Comment je dois établir mes tarifs ? », « Quelles prestations je dois proposer ? », et j’en passe… Personnellement, pour avancer, ces questions-là, je me les suis posées à moi-même, je ne suis pas allée déranger les secrétaires déjà à leur compte.

Pardon, mais de voir cela, c’est à se demander si elles ont des compétences puisqu’elles ne savent même pas établir une liste des prestations qu’elles pourraient proposer. Que doit-on déduire d’un tel comportement ? D’autres le font par téléphone, et même si vous leur répondez que vous n’avez pas le temps, elles commencent à poser leurs questions ! Je vous assure ! Leur apporter tout sur un plateau, c’est ce qu’elles attendent… mais elles peuvent rêver ! On est un entrepreneur ou on ne l’est pas.

Et puis d’autres ne prennent même pas la peine de vous contacter, elles se rendent sur votre site (alors là aussi, si vous êtes bien référencé, vous êtes la cible idéale) et elles copient des pages entières qu’elles n’ont plus qu’à intégrer à leur propre site. Oui, oui, le plagiat est une pratique très répandue dans le monde des télésecrétaires…

Enfin, je vous ai gardé le meilleur pour la fin. Une fois qu’elles ont consulté votre site Internet (soi-disant pour s’inspirer, mais en fait elles ont tout plagié !), elles établissent leurs tarifs, sauf qu’elles divisent tout par 2 ! Et voilà comment on peut trouver une secrétaire indépendante à 15 euros de l’heure ! Et j’ai vu pire : 10 euros, oui, oui…

Moi, quand je vois cela, je dis « méfiance » ! Non seulement elles se sous-estiment (si bien sûr elles ont réellement les compétences), mais en plus elles dévalorisent totalement notre belle profession. Parce que nous ne sommes pas là pour rigoler (quoique si un peu quand même sur les forums 🙂 ), mais pour apporter des services professionnels à des sociétés qui en ont réellement besoin. D’ailleurs, un de mes clients réguliers me l’a fait remarquer : « J’avais vu un site proposant un tarif horaire de 15 euros et je suis parti en courant, ça m’a paru bizarre qu’une secrétaire indépendante puisse proposer un tarif si bas, comment fait-elle pour vivre ? Mon choix s’est donc vite fait entre elle et vous… »

Alors mesdames mes consœurs, lorsqu’un prospect vous dit que vos prestations de télésecrétariat sont trop chères par rapport à cette concurrence qui pratique des tarifs sur un modèle digne de ce qui se passe actuellement en Europe, sachez garder la tête haute et tâchez de ne pas baisser vos tarifs pour essayer de « rattraper le coup ». Vous saurez trouver les arguments… Je suis certaine qu’avec des tarifs aussi bas, elles n’iront pas loin, tout juste droit dans le mur…

Parce que nous le valons bien !



  1. […] comme les dépeint avec tellement de justesse de ton, Laetitia Baray dans son article : Une nouvelle forme de secrétariat est né eux sur son site Plume […]

  2. bonjour et merci pour votre post; beaucoup d’élus mais peu de secrétaires résistent… Il y a celles qui font des tarifs d’appels (entre 9 et 10 € de l’heure !) je me demande si on leur a expliqué qu’elles étaient chef d’entreprise et qu’il fallait faire marcher sa « boutique », celles qui posent des tas de questions comme vous dites du genre « comment trouve t-on des clients ? » C’est pas très pro tout cela !
    C’est ainsi que nous avons monté avec ma consoeur Emmanuelle BAILLY, ASSIST’RA pour rassembler les vraies secrétaires indépendantes et pas des pseudo secrétaires qui savent aller chez un client avec un ordi, mais qui malheureusement n’ont pas de méthode de travail. On est chef d’entreprise et on doit savoir aiguiller et conseiller un client, savoir prendre en charge tout un secrétariat : manager ses troupes comme l’on dit ! On peut être à la fois, assistante administrative, assistante commerciale, assistante des Ressources humaines, assistante pour remonter le moral aussi !

    BRAVO pour ce post et n’hésitez pas à nous rejoindre si vous le souhaitez…

    ISABELLE

  3. Votre coup de gueule est tout à fait légitime… Malheureusement il y aura toujours des gens prêts à tout pour arriver à leurs fins et le secteur du télésecrétariat n’y échappe pas !

  4. Un constat édifiant mais ces pratiques sont néanmoins pas surprenantes. La qualité se juge sur la durée et à ce jeu être soi est gage de sérieux. Pour ma part ce qui me surprend toujours est le faux devis lequel est très vite détecté tant il est maladroit .

    Alexandra

  5. Bel article ! Je suis d’accord à 100%.
    Au début de mon installation, j’ai beaucoup travaillé seule à chercher des infos, à m’interroger, j’ai même fait un bilan de compétence, je me suis formée.
    J’ai refait 15 000 fois (c’est une image, rassurez-vous, je dors aussi) mes documents publicitaires. J’ai revu mes textes. J’ai listé toutes les prestations que je savais maîtriser parfaitement.
    Et je suis partie avec une année de salaire d’avance, car comme tu le soulignes, ce n’est pas facile du tout. Il faut bien 3 ans pour arriver à avoir un salaire « correct » (et encore !).
    Au début, je répondais à toutes ces demandes de futures TLS. Je voulais aider, mais là, STOP, toutes les semaines, je reçois des appels, ou des mails, et comme tu le dis, « Combien vous gagnez, quelle prospection marche le mieux ?… »
    Etre entrepreneur, c’est déjà un état d’esprit : l’INDEPENDANCE !!! Alors soyez un peu autonome, cherchez par vous-même. Après il existe des forums pour des petites questions qui restent en suspend, pour un besoin de « remonte moral », pour la recherche de conseils. Bien sûr !
    Merci Laetitia pour ton article qui vient à point nommé ….

  6. Bonjour,

    Voilà un article très intéressant et constructif.
    Pour ma part, je me suis lancée dans cette entreprise car l’occasion s’est présentée : mes « clients » sont d’abord venus à moi.
    Étant épouse de militaire, j’ai beaucoup déménagé et j’ai dû, à chaque nouvelle affectation, me retrousser les manches pour retrouver un emploi. Grâce à ces différents postes, j’ai eu l’opportunité d’élargir mon réseau professionnel et c’est cela qui m’a permis d’avoir rapidement des « clients » qui, gros avantage pour moi, connaissaient déjà mes compétences professionnelles.
    Mais, avant de franchir le pas, j’ai vraiment pris le temps d’y réfléchir.
    Il est vrai que beaucoup d’entre nous arrivent sur ce marché et je comprends votre « raz-le-bol » car nous devons parfois mal nous y prendre.
    Le plus ennuyeux est que cela nuit malheureusement à l’image de la profession (vu que tout le monde généralise le plus souvent)
    Cependant, pouvons-nous honnêtement citer un secteur qui est aujourd’hui épargné par une concurrence de plus en plus grandissante et désordonnée ?
    On en conclut finalement que les temps sont durs pour le monde et que tout le monde veut tenter sa chance…

    Heureusement, et comme vous le précisez très bien, les professionnels savent faire le tri dans tout ce « micmac ».

    Très bonne continuation 🙂
    Nadia

  7. Bonsoir,

    Ce que l’on peut dire, c’est que tout métier évolue surtout quand il s’agit des métiers récents comme le télésecrétariat. Un bon acteur saura s’adapter à ce changement pour maitriser chaque étape.

  8. Kouvtanovitch Says: décembre 4, 2013 at 11:58

    Bonjour,

    J’ai lue votre article avec intérêts, j’avoue que j’ai contactée des télésecrétaires pour connaître les démarches qu’elles avaient effectuées et connaître leurs statuts, j’ai fait ce que m’avait conseillée la CCI de Rennes et la BGE, avant de m’entendre dire par ses pro de la création d’entreprise que cela ne fonctionnerais jamais parce qu’elles avaient le statut d’AE. J’ai visité des sites comme le votre également pour me faire une idée des tarifs que je pouvais proposer, la CCi appel ça « étude de marché » puisqu’il ne répertorie pas le télésecrétariat dans leur fichier. Il est vrai que pour certaines prestations je me suis trouvée cher mais après une inscription au réseau mompreneurs de Rennes, qui m’a conseillé de faire divers tarifs pour divers professions (plus cher pour un cabinet d’avocat par exemple). Donc sur le site internet que je m’apprête à faire mes tarifs ne seront pas indiqués, ce ne sera que sur demande. Bon courage à toutes Sonia

  9. Bonjour Madame,

    J’ai un profond respect pour votre coup de gueule. Personnellement, je suis en train de créer un télésecrétariat au sein de ma région. Cela fait des mois que je me démène avec l’aide de la chambre des commerces et d’industries. C’est vrai que l’on a tendance à vouloir poser des question à celles qui existe déjà. Perso, je ne l’ai pas fait. Je suis tombée sur votre site en regardant juste la concurrence que je pourrais avoir et je l’ai trouvé tellement bien fait que j’ai décidé d’aimer votre page sur facebook. En tant qu’ancienne militaire, je connais des gens un peu partout en france et je me suis dit que cela vous ferait bonne pub. Mon but n’est de plagier car pour moi, ceux qui se le permettent n’ont pour ma part pas d’identité. En tout cas, je profite de votre coup de gueule pour vous laisser ce message car je respecte la profession des secrétaires et je dit aussi haut et fort on ne devient pas télésecrétaire comme on fait ses courses. C’est un métier à part entière et très dur à mettre en place et j’ai un profond respect pour celles qui y arrive.
    Madame Aurore JAEG

    • Bonjour Aurore,

      Oui, je sais que vous suivez ma page Facebook depuis un moment déjà et que vous êtes en train de vous mettre à votre compte. J’apprécie votre réaction très professionnelle envers mon billet.
      Je vous souhaite bonne chance dans la réalisation de vos projets.

      • Bonjour Laëtitia,

        Je vous remercie et vous souhaite bon courage car il y en a beaucoup, qui veulent faire ce métier. Mais, je pense qu’il faut avoir les reins solide et une bonne expérience. Bonne journée.

        Cordialement,
        Aurore.

  10. Bonjour Laëtitia,

    Tu n’as pas cité celles qui nous font perdre un temps précieux en nous réclamant un devis, juste pour voir comment ça se fait, et nous le repiquer ensuite, en cassant les tarifs derrière.
    Mais un autre temoignage qui se rapporte au tien : l’une de mes clientes récurrentes m’a félicitée aujourd’hui pour « l’efficacité de mon travail et pour mon professionnalisme ». Elle me dit que ça semblait être un beau créneau porteur actuellement pour des personnes comme moi, et quand je lui ai fait remarquer que l’on était de plus en plus nombreuses sur le marché, elle m’ a répondu que nous étions toutes loin de nous valoir, qu’elle avait vu des soi-disant secrétaires tout sauf professionnelles, et qu’elle etait bien contente de m’avoir trouvée.
    Alors les filles, gardons confiance en nous, les vrais clients ne sont pas tous dupes.

  11. kuborne Véronique Says: décembre 3, 2013 at 7:10

    Bonsoir Laetitia
    je dois ajouter à ton article qu’il existe encore une autre forme de télésecrétariat qui consiste à acheter (racheter) des indépendantes en difficulté pour les « réutiliser » en les mettant en concurrence. Elles deviennent alors salariées de « belles boîtes » qui offrent une belle vitrine, mais qui délèguent certains services à Madagascar, des serveurs qui passent par des itinéraires tordus avec retour par la Pologne … Ces tls sont éclatées, prennent des créneaux horaires ici ou là, et le client, lui, en face, ne sait plus qui prend ses rdv, assure son secrétariat, où est la confidentialité de ses données, se voit imposer des outils « low cost » …
    C du vécu sur Tours.
    On peut aussi ajouter les professions respectables qui délèguent tout leur secrétariat la nuit en Tunisie …

    Mais bon, … c’est ça la mondialisation couplée à la perte des bonnes manières …

  12. Bonsoir Laetitia,
    ça continue donc ? Il y a deux ans que j’ai quitté la profession et ça commençait déjà à partir dans tous les sens 🙂
    Les difficultés pour trouver du travail actuellement, l’attrait pour le travail à domicile amènent beaucoup de personnes à vouloir se lancer dans le télésecrétariat…Et pourtant bon sang, ce n’est pas un métier facile ! Il ne suffit pas d’avoir un ordinateur et de tapoter quelques lignes pour se mettre à son compte en tant que professionnelle ! Et la prospection pour trouver de nouveaux clients ? Les fins de mois incertaines à cause d’un client qui a une panne de trésorerie…et j’en passe…
    Merci pour cet article Laetitia !

    • Coucou Valérie,

      Merci pour ton commentaire. Vois-tu, non, ce n’est pas fini, je dirais même que ce n’est que le début, et quand je parle de « vague », je suis gentille, hein. C’est carrément affolant. Ce qui me rassure, c’est qu’elles n’iront pas bien loin ; je tiens le cap depuis plus de 4 ans, d’autres pros également ; elles ne me font pas peur, elles me dérangent, et je voulais le dire publiquement.
      A plus.

  13. Ah ah ah…. le gros coup de g….e !! Rien à ajouter mon capitaine, tout est dit !! Sauf arrêter de nous prendre pour des imbéciles, de nous faire perdre notre temps.

    ça va mieux ? 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *